Derniers commentaires

Aucun commentaire.

Calendrier

Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Liens

 
02 Sep 2013 - 16:44:49

Les dangers de la ritaline (Méthylphénidate) (Ritalina®, Rilatine®, Ritalin LA®), Concerta LP®, Attenta®, Metadate®, Methylin®

Ce produit entraîne une accoutumance masquée et une dépendance physique.

Récemment, dans un avis sur les toxicomanies, le Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) français pour les sciences de la vie et de la santé soulignait que « la distinction entre les drogues licites  et les drogues illicites ne repose sur aucune base scientifique cohérente » (Rapports sur les toxicomanies, 1995, p. 3). Par exemple, sur le plan neuropharmacologique, le mode d’action d’une drogue illicite, comme la cocaïne, et celui d’une drogue licite (sous usage médical), comme le méthylphénidate (Ritalin), est presque identique (Volkow et al., 1995).

médicements très dangereux "à proscrire immédiatement" !
ritaline, concerta...

Rilatine, effets secondaires: crise cardiaque, dépression, anorexie, psychose, troubles du sommeil, nausées, anorexie, troubles cardiaques, accoutumance, dépression nerveuse, hallucinations visuelles, épilepsies, troubles psychotiques, états suicidaires.

ritaline, TDAH et solutions
"Cette drogue est une catastrophe nationale"

Collection de plus de 5000 histoires et nouvelles avec de nombreux articles de médias disponibles.Antidépresseur : inibiteur sélectif de recapture de sérotonine (ISRS)

La Ritaline est une drogue et conditionne les enfants qui en absorbent à se droguer leur vie durant.
Le méthylphénidate (Ritaline), stimulant du système nerveux central est pharmacologiquement proche des amphétamines, a de graves effets secondaires (insomnie, dépendance, dépression…) qui incitent à prendre de nouveaux traitements tels les somnifères. Les effets secondaires peuvent aller jusqu’à des phénomènes d’accoutumance. Ils  provoquent parfois des lésions graves, notamment des accidents cardiaques, ou bien aboutissent à des automutilations, des décès, des tentatives de suicide et des passages à l’acte suicidaire.

Dérivé amphétaminique classé au tableau des stupéfiants, le méthylphénidate est un psychostimulant agissant sur le système nerveux central
Selon les chiffres de l'assurance-maladie, que Le Monde s'est procurés, 171 276 boîtes de Ritaline et de Concerta ont été remboursées en 2004, contre 107 095 en 2002 et 53 488 en 2000. Au total, on estime entre 7 500 et 9 000 le nombre d'enfants qui prennent du méthylphénidate en 2005. Cinq ans auparavant, ils étaient environ 2 500. Année après année, la Ritaline sort de la confidentialité, signe d'une médicalisation croissante de la souffrance psychique des enfants.

"Les dommages à l'esprit et au corps peut entraîner des effets indésirables causés par le prescritions du médecin pour TDA et le THADA..."
 
Ceux qui avaient pris des drogues stimulantes (par exemple, les amphétamines) étaient 7,4 fois plus susceptibles de mourir d'un arrêt cardiaque (mort subite) que ceux ne prenant pas des stimulants.
 
ritaline, TDAH...Neurologue, en 35 ans de pratique privée, je me suis trouvé incapable de valider le TDAH, quel que soit le nom, comme une maladie en soi.

association ablechild
Les parents doivent être informés !

TDAH test
Ce site est spécifiquement conçu pour s'attaquer à la question du dépistage

Méthylphénidate (RITALINE®,CONCERTA®, QUASYM®)
la lilste des médicaments sous haute surveillance de l'afssaps
 
la ritaline a le même profil de dépendance que la cocaïne!
 
Articles sur les questions relatives aux enfants
 
Comment la psychiatrie fabrique des « patients » à partir d'enfants normaux.
 
C’est un holocauste national.
 
21 CAS DES TENTATIVES DE SUICIDE ET 6 SUICIDES "- L' AGENCE DU MÉDICAMENT SUÉDOIS A , MALGRÉ TOUT, APPROUVÉ LA VENTE DE RITALINE EN SUÉDE.
 
neurotoxiques
La ritaline est neurotoxsique
 
Cependant, les suicides et leurs tentatives se produisent seulement dans trois cas : en arrêtant complètement l'utilisation, en réduisant le dosage ou en continuant avec le même dosage !
 
Appel en réponse à l'expertise INSERM sur le trouble des conduites chez l'enfant
 
Les enfants meurent de la drogue ritaline.
 
Sa sœur cadette, Jennie, était sur le Ritalin. Mais elle a cessé le Ritalin le jour oi 'Steph' est morte et toute la famille a cessé de croire dans le TDAH.
 
À mon avis, tout médecin qui prescrit ces médicaments pour les enfants atteints du TDAH devraient être présumés défroqué, recevoir une bonne raclée aux orties et être forcés d'émigrer aux Etats-Unis.
 
A qui profite le crime ?
Ne cherchez pas loin : le crime profite surtout aux industriels sans scrupules et aux actionnaires de firmes pharmaceutiques avides de gains, de la même manière que pour la malbouffe. En plus du laxisme de certains praticiens et de l'inconscience des parents, il faut ajouter l'influence catastrophique des lobbies qui, comme des vautours, tournent autour de nos dirigeants politiques nationaux et européens en leur octroyant sans doute quelques largesses douteuses. Tout le monde se frotte les mains, sauf le budget de l'État et les véritables défenseurs des droits de la jeunesse, soucieux de leurs devoirs.
 
Le rapport de l’INSERM sur les Troubles des conduites chez l’enfant et l’adolescent est un bon exemple de la bêtise universitaire quand elle se met au service de plus puissant qu’elle.
 
La Rilatine et le Concerta sont des drogues ni plus ni moins. La substance active, le méthylphénidate, s'inscrit dans la catégorie pharmacologique des stupéfiants dans la classe des amphétamines. Son mode d'action est assez semblable à la cocaïne: période de performance au début...et dégradation vertigineuse à long terme.
 
"C'est juste une façon de mettre plus de gens sous médicaments sur ordonnance», a déclaré Marcia Angell
 
Droguer nos enfants à la mort
Au Texas, un garçon de quatorze ans nommé Matthew est mort subitement après seulement 29 jours d'être un puissant stimulant pour le TDAH. His devastated parents are suing the drug manufacturer and were recently interviewed on ABC's “Good Morning America”. Ses parents sont dévastés poursuivent le fabricant du médicament et ont été récemment interrogés sur "Good Morning America" ​​sur ABC.
 
Pharmacritique
 
LE MOMENT EST ARRIVE DE SE PREOCCUPER DE NOS ENFANTS TRAITES A LA RITALINE.
 
donc fort probablement pas tout
 
liste de liens
 
LE MOMENT EST ARRIVE DE SE PREOCCUPER DE NOS ENFANTS TRAITES A LA RITALINE.
médicaments pour le TDAH

Urgent ! Ce que tous les parents doivent savoir sur la ritaline
L’autre face de la médaille Rilatine


ritaline

Quelque 40 ans après que le médicament a été commercialisé par la société Ciba Geigy, les tests de cancérogénicité ont été menées au détriment des contribuables par le National Toxicology Program, dont les résultats ont été publiés en 1995. Des souris adultes ont été nourris Ritalin sur une période de deux ans à des doses proches de celles prévues pour les enfants. Les souris ont développé une incidence statistiquement significative d'anomalies et les tumeurs hépatiques, y compris les cancers rares hautement agressifs appelés hépatoblastomes. Ces résultats sont particulièrement inquiétants que les tests ont été effectués sur des adultes, plutôt que de jeunes souris qui seraient censés être beaucoup plus sensibles aux effets cancérigènes. Le National Toxicology Program a conclu que le Ritalin est un «cancérogène pour l'homme», et a recommandé la nécessité de poursuivre les recherches

le taux de suicide
Dans les années 1920, le suicide représentait environ 1% de tous les décès. En 1996-1998, lorsque les programmes du gouvernement pour lutter contre la dépression et la prévention du suicide étaient en bonne voie, le suicide représentait 2% de tous les décès taux de suicide en Australie ont augmenté et a atteint un sommet en 1963 (17,5 pour 100 000). La hausse a été attribuée à la disponibilité des sédatifs des benzodiazépines et des suicides est tombé après avoir été limités. Les antidépresseurs tricycliques ont contribué comme ils ont aussi induit le suicide et ils avaient échappé des bureaux de spécialistes qui les ont utilisés avec soin pour la dépression biologique ou la mélancolie dans les cabinets de médecins de famille où ils viennent à être prescrits pour la dépression situationnelle (où ils ont été connus pour être inefficaces) et ils ne sont pas surveillées [ 8 ]. L'année 1984 antidaté l'utilisation générale des médicaments stimulants psycho déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH), et le taux de suicide national était de 11,3 / 100.000. Le taux de suicide dans NSW était de 12,7 en 1990 à 14,6 en 1997 et 14,3 / 100 000 en 1998. Cette hausse a coïncidé initialement avec des médicaments pour le TDAH (avec des profils d'effets secondaires similaires à ISRS, y compris sucidality et de l'agression) puis à une augmentation de la prescription d'antidépresseurs «nouvelle génération» à laquelle les antipsychotiques atypiques ont été ajoutés conformément aux recommandations de lignes directrices de pratique clinique.

strattera

Il dit en un an 157 personnes ont été soit tués ou gravement blessés par Strattera, parmi les victimes était une fille de 3 ans.


L’effrayante liste d’effets secondaires de l’Adderall est rarement montrée aux parents
Certains enfants sous Adderall ou tout médicament prescrit pour traiter le TDAH ont signalé des hallucinations effrayantes, au cours desquelles ils voient des serpents et des insectes ramper sur eux. D’autres rapportent des sensations du style heurter quelque chose alors qu’il n’y a rien.
Beaucoup de parents d’enfant sous Adderall disent n’avoir jamais été mis au courant du danger ou des effets secondaires du remède, et notent que leurs enfants n’ont jamais consulté pour le cœur avant la prescription de ce médicament. Le pédiatre de leurs enfants leur a seulement dit que l’Adderall aide les enfants à réussir à l’école. Dès que les parents sont informés convenablement, beaucoup prennent la décision supprimer le remède à leurs enfants.

Strattera / Ritaline : comportement extérieur lissé, mais dommages intérieurs d’une étendue et d’une intensité imprévisibles, pouvant aller jusqu’au suicide

Il s’agit du témoignage de Tom, un adolescent trop vite diagnostiqué hyperactif (TDAH : trouble déficit d’attention avec hyperactivité) et mis sous Ritaline° (méthylphénidate) puis sous Strattera° (atomoxétine). Les journalistes mettent en lumière ce témoignage en prenant pour titre une expression de cet ado de 17 ans qui, regardant en arrière, constate qu’il a peut-être été plus concentré sous Strattera°, mais que ce médicament l’a affecté sur tous les plans : « on est détruit de l’intérieur ».
« Le Strattera a détruit sa personnalité, sa confiance en lui-même et l’a rendu complètement insensible à des affects tels la joie, la tristesse ou la douleur. (…) Tom a même eu des idées suicidaires alors qu’il était sous traitement [disent les journalistes]. "Vers la fin, je me sentais comme quelqu’un au bord du précipice, à me demander si j’allais sauter ou non. Il s’en est fallu de peu."
L’adolescent a eu du mal à se sevrer du médicament et a dû avoir recours à un psychologue pour s’en sortir. Il ne reproche rien à ses parents, qui ignoraient tout des effets secondaires, mais dit clairement qu’il n’accepterait jamais un tel traitement pour ses propres enfants. »
Beaucoup d’effets secondaires signalés, dont quatre décès

Frontal 21 rappelle que le Strattera° est sur le marché allemand depuis 2005 ; globalement, ce sont autour de 3,5 millions d’enfants qui sont traités par ce médicament d’Eli Lilly, avec des profits énormes pour la firme. Et ce malgré la mise en garde répétée d’experts qui dénoncent les effets secondaires et demandent le retrait du marché du Strattera.
Jörg Schaaber
, le représentant des usagers dans le comité fédéral réunissant professionnels de santé et assurance-maladie, rappelle que le diagnostic d’hyperactivité est souvent douteux et que de tels médicaments puissants et risqués sont une réponse disproportionnée aux questions que se posent parents et éducateurs, surtout compte tenu d’un bénéfice fort douteux.
Les journalistes ajoutent : « Depuis la mise sur le marché [allemand] du Strattera°, il y a eu en tout 234 signalements d’effets secondaires susceptibles d’être dus au produit ; des effets indésirables tels faiblesse cardiaque, pertes d’audition et idéations suicidaires, tous survenus chez des enfants et des adolescents. Des documents internes de l’agence du médicament (Bundesinstitut für Arzneimittel und Medizinprodukte), que ZDF s’est procurés, le prouvent. Selon la liste établie par les autorités, il y a même eu 4 morts, dont un enfant de 3 ans. Un garçon de 5 ans est décédé d’un infarctus du myocarde, un enfant de 12 ans a fait un accident vasculaire cérébral, enfin, un adolescent de 16 ans s’est suicidé. »
« Ces médicaments agissent comme le speed »
[la drogue du même nom]
C’est ce qu’affirme Peter Schönhöfer, professeur de pharmacologie et co-directeur de la revue médicale indépendante Arznei-Telegramm.
« Ces substances agissent comme des amphétamines, comme on les appelait jadis, ou, pour utiliser un langage plus moderne, elles ont le même effet que le speed ». « Elles sont dangereuses, parce qu’elles provoquent un état de surexcitation, dont l’un des symptômes peut être l’auto-agression, donc le suicide ».
Et les journalistes rappellent que Lilly a dû avertir les médecins déjà en 2005 de certains effets secondaires pouvant mener au suicide ; ils citent la lettre de la firme : « les patients et les parents ou tuteurs devraient être informés du risque de survenue de comportements suicidaires ainsi que des symptômes et signes par lesquels ils peuvent se manifester ». Mais la firme ne voit dans tout cela aucune raison de retirer le Strattera° du marché. Et les prescriptions continuent.
Eli Lilly conteste, Peter Schönhöfer persiste et signe

La firme conteste l’effet amphétaminique et psychostimulant du Strattera° et son appartenance à cette classe, tout comme la possibilité d’un effet de dépendance. Le Pr Schönhöfer répond en démontrant noir sur blanc que le principe actif du Strattera° (atomoxétine) fait bel et bien partie des psychostimulants de type amphétaminique, y compris selon la classification officielle internationale ATC-Code 2008 :
Classe principale N06B :
psychostimulants, médicaments contre le TDAH (trouble déficit d’attention avec hyperactivité), nootropes.
Sous-groupe N06BA :
sympathomimétique d’action centrale [sympatomimétique veut dire qu’une substance stimule la branche sympathique du système nerveux végétatif, qui gère les fonctions d’éveil, pour simplifier].
  • Substances N06BA 01: Amphétamines
  • Substances N06BA 04: Méthylphénidate [Ritaline]
  • Substances N06BA 09: Atomoxétine [Strattera]

Et Schönhöfer de conclure, après avoir rappelé qu’il n’avait pas parlé de dépendance: « l’atomoxétine fait donc clairement partie, selon la classification ATC, de la classe des psychostimulants, et notamment du sous-groupe des sympathomimétiques à action centrale ; les amphétamines, qu’on appelle depuis les années 60 aussi "speed" dans certains milieux de la drogue, sont les principales substances de ce sous-groupe »

Admin · 2127 vues · Laisser un commentaire

Lien permanent vers l'article complet

http://ritaline.sosblog.fr/victimes-b1/Les-dangers-de-la-ritaline-Methylphenidate-Ritalina-Rilatine-Ritalin-LA-Concerta-LP-Attenta-Metadate-Methylin-b1-p28.htm

Commentaires

Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)